Des « implications considérables » si la Banque du Canada émet sa propre cryptomonnaie

OTTAWA — Des documents internes du gouvernement montrent que les responsables du ministère des Finances pensent qu'il pourrait y avoir des implications considérables pour l'économie si la Banque du Canada émettait sa propre cryptomonnaie.

test

La Banque du Canada a passé des années à examiner s'il fallait introduire une monnaie numérique, mais jusqu'à présent, elle n'a pas jugé nécessaire de le faire.

Dans une note d'information de janvier dernier, des responsables ont averti la ministre des Finances Chrystia Freeland que l'émission d'une monnaie numérique de la banque centrale aurait « des implications de grande envergure pour l'économie, le système financier » et les opérations de la Banque du Canada.

Les documents montrent également que la banque centrale a tenu une série de réunions avec des responsables fédéraux au cours de 2020 pour évaluer les implications d'un « huard numérique » sur les ministères et les agences.

De larges pans des documents obtenus par La Presse Canadienne en vertu de la loi sur l'accès à l'information ont été caviardés parce que le ministère affirme qu'ils contiennent des informations gouvernementales sensibles.

Mais ce qui reste suggère certaines inquiétudes du fédéral concernant une monnaie numérique de la banque centrale et des départements souhaitent fournir davantage de commentaires avant qu'une décision ne soit prise.

La Banque du Canada a accéléré le rythme de ses travaux sur une monnaie numérique, reflétant les efforts de ses homologues d'autres pays alors que la pandémie de COVID-19 accélère la transition vers une économie numérique.

La banque ne prévoit d'émettre une monnaie numérique que si l'utilisation de billets de banque pour les transactions chute et qu'une ou plusieurs cryptomonnaies privées, telles que le Bitcoin, deviennent largement utilisées au Canada.

Le gouvernement et la banque centrale ont accordé plus d'attention aux cryptomonnaies stables dont la valeur est moins volatile et sont liées à des liquidités et à des titres d'État.

L'utilisation au Canada de cryptomonnaies privées liées au dollar américain mettrait à rude épreuve la capacité de la Banque du Canada à gérer la politique monétaire au profit du pays, a déclaré Jeremy Kronick, directeur associé de la recherche à l'Institut C.D. Howe.

Il a déclaré que la banque devait inciter les cryptomonnaies privées à utiliser le dollar canadien.

« Le gouvernement pourrait annuler cette chose en une seconde. Le gouvernement pourrait simplement dire:" oubliez ça, vous ne pouvez pas effectuer de transactions au Canada" », a déclaré Jeremy Kronick, qui a récemment co-écrit un article sur les mérites d'un système numérique de devise de la Banque du Canada.

« Je ne pense pas qu'ils le veuillent parce qu'il y a des avantages aux cryptomonnaies privés que les gens aiment, mais nous voulons également maintenir la fonction de bien public. Pour ce faire, je pense que la monnaie numérique de la banque centrale est la voie à suivre. »

Les recherches de la banque centrale suggèrent que la probabilité que les personnes utilisent le Bitcoin est liée à sa prévalence - plus il y a de personnes qui l'adoptent, plus les autres sont susceptibles de suivre l'exemple - ainsi que l'optimisme des utilisateurs quant à l'avenir de Bitcoin.

Le document publié en novembre a noté que l'adoption du Bitcoin au Canada reste faible à environ cinq pour cent. Les auteurs suggèrent que les jeunes Canadiens pourraient être plus susceptibles d'utiliser le Bitcoin, car il leur est plus facile d'acheter la monnaie numérique que d'ouvrir un compte bancaire formel.

La Banque du Canada n'a pas l'autorité législative du Parlement pour offrir une monnaie numérique, elle peut seulement la concevoir.

Le ministère des Finances a examiné la législation liée à une monnaie numérique de banque centrale, bien qu'un courriel du mois de mars ait noté qu'aucun autre pays n'avait « délibérément modifié la législation » pour en autoriser une.

Le courriel indiquait que même en Suède, « largement considérée comme à l'avant-garde du mouvement vers une monnaie numérique de banque centrale parmi les économies avancées », le gouvernement attend un rapport à la fin de l'année prochaine sur la question de savoir si la banque centrale devrait avoir le pouvoir d'émettre une telle monnaie.

La rapidité avec laquelle les responsables canadiens agiront dépendra probablement de la rapidité avec laquelle les principales cryptomonnaies stables seront déployées, a déclaré Jeremy Kronick. Il a souligné en particulier la cryptomonnaie stable prévue par Facebook, car elle serait facile à adopter par les utilisateurs du géant des médias sociaux.

« J'aimerais qu'ils prennent de l'avance, mais les gouvernements sont notoirement lents jusqu'à ce qu'ils y soient obligés », a déclaré Jeremy Kronick.

Jordan Press, La Presse Canadienne

Cet article a été publié par La Presse canadienne et sa diffusion a été autorisée par le réseau d’éditeurs Industry Dive. Pour toutes questions de droits d’auteur, veuillez écrire à legal legal@industrydive.com.