Cinq mythes entourant la planification de la retraite

Et pourquoi ils pourraient nuire à votre plan de retraite.

Article Hero Image

Concevoir un bon plan de retraite est capital; vous devez avoir la certitude que vous aurez assez d’argent tout au long de votre retraite et que vous profiterez d’un niveau de vie adéquat.

C’est pourquoi il est important de vous doter d’un plan financier solide et de recevoir les bons conseils. Plusieurs mythes entourant la planification de la retraite circulent depuis des années et peuvent nuire à votre plan de retraite. Examinons quelques-uns des plus fréquents afin de départager le vrai du faux.

1. Le coût de la vie est moins élevé à la retraite

De nombreux Canadiens estiment qu’ils auront besoin d’un revenu beaucoup moins élevé à la retraite. Après tout, ils n’auront plus de frais de transport quotidiens à payer ou de prêt hypothécaire à rembourser. Mais est-ce bien réaliste?

De nombreux conseillers financiers estiment les besoins de revenu à la retraite à 80 % du revenu d’emploi, voire plus pour ceux qui planifient une retraite active ou qui comptent voyager. D’autres facteurs peuvent aussi faire augmenter vos dépenses à la retraite plus que vous ne l’auriez imaginé. 

Pour commencer, beaucoup de Canadiens ont des dettes à la retraite (14 % ont toujours un prêt hypothécaire à rembourser et 42 % ont des dettes d’une autre nature). La gestion de vos dettes à la retraite aura un impact sur votre revenu disponible.

De nombreux Canadiens retraités ou qui arrivent à la retraite continuent d’apporter une aide financière substantielle à leurs enfants, que ce soit pour financer leurs études ou réunir le versement initial pour l’achat d’une maison. Quant aux retraités divorcés, qui ne peuvent plus compter que sur un seul revenu et qui ont dû renoncer à la moitié de la maison familiale, ils peuvent se retrouver avec un revenu de retraite plus modeste. 

L’espérance de vie plus longue amène aussi son lot de défis. Plus les gens vivent vieux, plus ils risquent d’avoir des problèmes de santé. Selon votre province de résidence, les médicaments, les soins dentaires, la physiothérapie et l’équipement médical pourraient représenter des dépenses importantes.

Vous pourriez aussi devoir assumer des coûts considérables pour des soins à domicile, un hébergement dans une maison de santé ou des rénovations pour aménager votre maison en cas de perte de mobilité. Tout cela fera augmenter votre coût de la vie à la retraite. 

2. Les REER offrent un plan de retraite complet

Ce mythe sur la retraite peut avoir des conséquences négatives, car pour beaucoup de gens, le revenu tiré de leur REER ne suffira pas à leur procurer une retraite confortable. Même si le REER est incontestablement un moyen très avantageux d’investir pour la retraite d’un point de vue fiscal, il ne représente qu’une seule pièce du casse-tête. Un plan de retraite complet tiendra également compte de diverses sources de revenu :

  • Régime de pensions du Canada/Régie des rentes du Québec (RPC/RRQ)
  • Sécurité de la vieillesse (SV)
  • Régimes de retraite d’employeur
  • Comptes d’épargne libre d’impôt (CELI)
  • Dividendes et autres revenus de placements non enregistrés
  • Revenus de location d’immeubles de placement

La plupart des Canadiens peuvent compter sur plusieurs sources de revenu pour profiter non seulement d’une retraite confortable, mais aussi d’une certaine souplesse qui permettra à leur revenu de retraite d’être le plus avantageux possible sur le plan fiscal.

Les CELI, par exemple, sont particulièrement souples et représentent une stratégie fiscalement avantageuse pour économiser en vue de la retraite. Tous les rendements (intérêts, dividendes et gains en capital) sont libres d’impôt, et ils peuvent être utilisés à la retraite pour maintenir votre revenu au palier d’imposition le plus bas possible.

De plus, un plan de placement, ce n’est pas un plan de retraite. Les REER font partie d’un plan de placement, mais un vrai plan de retraite englobe également la planification successorale, l’assurance vie et les stratégies d’efficience fiscale.

3. Un million de dollars c’est assez pour la retraite

Il s’agit de l’un des mythes les plus tenaces sur la retraite : le chiffre magique de un million de dollars qui garantit la sécurité financière à la retraite. Cependant, le montant dont un investisseur aura besoin à la retraite dépend de nombreux facteurs et est unique à chaque personne.

Si vous retirez 4 % par année de ce million de dollars à la retraite (un pourcentage fréquemment utilisé pour s’assurer que vous ne manquerez pas d’argent), vous disposerez de 40 000 $ annuellement. En combinant ce montant à d’autres sources de revenu de retraite, comme celles mentionnées ci-dessus, ce chiffre pourrait être trop élevé ou trop bas, selon la personne.

Voici quelques-uns des principaux facteurs à considérer pour déterminer le montant que vous devez épargner pour votre retraite :

  • Quand comptez-vous prendre votre retraite? Un revenu de 40 000 $ pourrait être suffisant si vous prenez votre retraite aujourd’hui, mais quel sera votre pouvoir d’achat en 2047 ou en 2062? Les investisseurs milléniaux et de la génération Z devront peut-être épargner beaucoup plus qu’un million de dollars.
  • Prévoyez-vous hériter? Un héritage important pourrait réduire considérablement le montant que vous devez épargner pour la retraite.
  • Quel genre de retraite envisagez-vous? Par exemple, si vous avez l’intention de voyager beaucoup, vous devrez épargner plus qu’une personne qui préfère rester à la maison et passer plus de temps avec ses petits-enfants.
  • Quelles sont vos autres sources de revenu de retraite? RPC/RRQ et SV? Régime de retraite d’employeur? Si vos autres sources de revenu sont limitées, vous devrez épargner davantage.
  • Quand comptez-vous prendre votre retraite? Prendre sa retraite plus tôt exige habituellement d’épargner davantage. À l’inverse, plus vous attendez avant de retirer votre rente du RPC/RRQ et votre pension de la SV, plus vos montants seront bonifiés (jusqu’à 42 % de plus).
  • Quel sera le montant de vos dettes à la retraite? Aurez-vous un prêt hypothécaire à rembourser ou d’autres dettes à long terme ou arriverez-vous à la retraite sans aucune dette? Plus vous aurez de dettes, plus vous devrez avoir épargné.

Comme vous pouvez le voir, il est difficile de savoir combien vous aurez besoin pour pouvoir vous offrir une retraite confortable. Pour obtenir un chiffre plus précis qu’un million de dollars, vous devriez envisager de consulter un conseiller ou une conseillère et de mettre au point un plan de retraite complet.

4. Les portefeuilles des plans de retraite doivent être prudent

Ce mythe comportait peut-être une part de vérité il y a plusieurs dizaines d’années quand la retraite était beaucoup plus courte. Maintenant, les Canadiens peuvent s’attendre à vivre 25 ans à la retraite, voire plus. Or, un portefeuille de retraite composé uniquement d’obligations ne pourra pas fructifier suffisamment pour assurer votre subsistance aussi longtemps. En optant pour un portefeuille de retraite prudent, vous risquez de manquer d’argent.

Un plan de retraite complet est conçu pour vous fournir le revenu de retraite dont vous avez besoin, tout en offrant une croissance suffisante pour vous protéger contre l’inflation et la volatilité du marché. C’est un équilibre délicat, mais que tout bon conseiller financier est en mesure de réaliser.

5. Il faut régler toutes ses dettes avant la retraite

Cela peut paraître logique (sans dettes, vous avez besoin d’un revenu de retraite moins élevé), mais il s’agit d’un autre mythe parce que ce n’est pas réaliste ou pratique. Comme nous l’avons vu, près de la moitié des Canadiens ont encore des dettes à la retraite.

Il est important de savoir différencier une bonne dette d’une mauvaise. Il est bien sûr déconseillé pour une personne retraitée d’avoir des dizaines de milliers de dollars de dettes de cartes de crédit à intérêts élevés. Les paiements et les intérêts élevés risquent de gruger une partie de son revenu.

Une marge de crédit hypothécaire peut cependant être un outil financier très utile à la retraite. Elle est habituellement assortie d’un taux d’intérêt moins élevé que les autres formes de prêts (à l’exception des prêts hypothécaires) et elle est extrêmement souple. Vous pouvez la payer sur une longue période, et les versements peuvent se limiter à l’intérêt accumulé au cours du mois. Les marges de crédit hypothécaire peuvent être très utiles pour couvrir des dépenses importantes, comme des rénovations ou des voyages.

Si vos placements produisent de bons rendements (7 % ou plus par exemple), il pourrait être logique de continuer de rembourser un prêt hypothécaire assorti d’un taux de 5 % ou d’utiliser une partie de votre marge de crédit hypothécaire pour investir si le taux d’intérêt est beaucoup plus bas.

Une planification financière libérée des mythes sur la retraite

Un conseiller ou une conseillère IG comprend la complexité de la planification de la retraite et connaît tous les mythes qui l’entourent. Il ou elle peut déterminer le montant exact que vous devez épargner (pas nécessairement un million de dollars) et le type de portefeuille dont vous avez besoin à ce stade de votre vie pour y arriver.

Si ces mythes sur la retraite restent pour vous un sujet de préoccupation, parlez à votre conseiller IG. Si vous n’avez pas de conseiller IG, vous pouvez en trouver un ici.

 

Ce document, rédigé et publié par IG Gestion de patrimoine, contient des renseignements de nature générale seulement. Son but n’est pas d’inciter le lecteur à acheter ou à vendre des produits de placement précis ni de fournir des conseils juridiques, fiscaux ou de placement. Il convient d’obtenir des conseils adaptés à votre situation personnelle auprès d’un conseiller ou d’une conseillère d’IG Gestion de patrimoine.