Comment planifier une stratégie de décaissement fiscalement avantageuse à la retraite

Quand l’heure de la retraite a sonné, les Canadiens disposent souvent de plusieurs sources de revenu. Nous examinons celles où vous devriez puiser en premier afin de payer moins d’impôt.

Article Hero Image

Comment planifier une stratégie de décaissement fiscalement avantageuse à la retraite

Savoir décaisser le bon revenu de retraite au bon moment pourrait vous faire économiser des milliers de dollars

Le passage à la retraite peut être difficile pour beaucoup de retraités canadiens. Soudain, il faut penser non plus en termes de gains et d’épargne, mais en termes de décaissement dans le but de se constituer un revenu.

De nombreux retraités peuvent compter sur plusieurs sources de revenu à la retraite, mais souvent ils ne réalisent pas que l’ordre des décaissements – les sources à utiliser en premier – peut avoir d’importantes conséquences fiscales.

Il est important d’avoir une idée de son taux d’imposition potentiel à la retraite, puisque l’une des principales stratégies de décaissement consiste à maintenir un niveau de revenu stable, dans la fourchette d’imposition la plus faible possible. Pour ce faire, il faut équilibrer ses sources de revenu imposables et non imposables afin d’éviter de passer d’un extrême à l’autre (par exemple, aucun impôt à payer une année et une facture d’impôt salée une autre année).

Jetons un coup d’œil aux différentes sources de revenu de retraite et aux modes de décaissement les plus fiscalement avantageux.

Types de revenus de retraite

L’époque où les Canadiens pouvaient compter uniquement sur leur rente d’employeur ou du gouvernement est depuis longtemps révolue. Les retraités ont maintenant accès à différentes sources de revenu, qui peuvent être entièrement imposables, partiellement imposables (comme les gains en capital) ou non imposables. Voici ce que vous devez savoir sur les différentes sources de revenu de retraite et les stratégies de décaissement que vous devriez envisager.

Régime de pensions du Canada/Régime de rentes du Québec (RPC/RRQ) : Ce type de revenu de retraite est imposable au taux qui s’applique selon votre fourchette d’imposition (qui dépend à son tour de votre revenu brut imposable total à la retraite).

Un aspect important à considérer dans le cas du RPC/RRQ est le moment où vous commencez à toucher votre rente, soit au plus tôt à 60 ans et au plus tard à 70 ans. L’inconvénient de retirer votre rente du RPC/RRQ tôt, c’est que vous perdez 7,2 % de sa valeur pour chaque année où elle est retirée avant l’âge de 65 ans. Si vous commencez à la toucher à 60 ans au lieu d’attendre à 65 ans, votre rente sera inférieure de 36 %.

Si au contraire vous la reportez, elle augmentera chaque année de 8,4 %, jusqu’à concurrence d’une bonification maximale de 42 % à l’âge de 70 ans et chaque année par la suite (il n’y a aucun avantage à reporter la rente plus longtemps). Cette stratégie de décaissement à la retraite augmentera non seulement votre revenu au titre du RPC/RRQ, mais reportera une partie de votre revenu imposable.

Des études ont démontré que la plupart des Canadiens qui ont une espérance de vie moyenne ont avantage à attendre à 70 ans avant de retirer leur rente du RPC/RRQ (à condition d’être en bonne santé et d’avoir les moyens de la reporter)1.

Sécurité de la vieillesse : Cette prestation constitue également un revenu imposable, et bien que vous ne puissiez la toucher avant 65 ans, vous pouvez aussi la reporter jusqu’à 70 ans où elle sera majorée de 36 % (encore là, il n’y a aucun avantage à la reporter après l’âge de 70 ans).

Également, si votre revenu imposable dépasse un certain montant (81 761 $ en 2022), vous devrez commencer à rembourser une partie ou la totalité de votre pension de la SV (ce qu’on appelle la récupération de la SV), une raison supplémentaire de niveler votre revenu de retraite global. 

Rente d’employeur : La rente d’employeur est aussi considérée comme un revenu imposable. Vous pourriez cependant avoir droit à un crédit pour revenu de pension de 2 000 $ après 65 ans, ce qui vous aidera à réduire un peu votre charge fiscale.

Régime enregistré d'épargne-retraite (REER)/Fonds enregistré de revenu de retraite (FERR) : L’une des façons les plus fiscalement avantageuses de retirer de l’argent de votre REER est de le convertir en FERR. Autrement, votre facture d’impôt risque d’augmenter de manière substantielle. Au plus tard le 31 décembre de l’année où vous atteignez 71 ans, vous devez convertir votre REER en FERR (ou encore l’encaisser ou le convertir en rente). Vous devrez ensuite retirer un montant annuel minimal (soit 4 % du total de vos placements à l’âge de 65 ans, taux qui augmente progressivement jusqu’à 20 % à l’âge de 90 ans et par la suite).

Compte d’épargne libre d’impôt (CELI) : Cette source de revenu est très souple, puisque la croissance des revenus à l’intérieur du compte est libre d’impôt et que vous pouvez retirer le montant que vous voulez, quand vous le voulez, sans aucune imposition. Vous pouvez retirer de l’argent de votre CELI pour augmenter votre revenu non imposable et maintenir un faible niveau de revenu imposable, ou encore pour retarder votre rente du RPC/RRQ et votre pension de la SV. 

Épargne non enregistrée : L’épargne non enregistrée correspond aux placements qui ne sont pas dans un compte enregistré et qui ne profitent donc pas d’une croissance à l’abri de l’impôt. C’est aussi une source de revenu de retraite intéressante et souple dans la mesure où vous payez de l’impôt uniquement sur vos gains à l’intérieur du compte.

De plus, si vous avez un portefeuille prudent ou modéré, il est probable qu’il comporte une bonne part d’actifs à revenu fixe et que vos gains en capital soient limités, de sorte que votre facture d’impôt pourrait être minime. Pour cette raison, l’épargne non enregistrée peut jouer un rôle important dans votre stratégie de décaissement à la retraite.

Comment établir votre stratégie de décaissement à la retraite

Votre conseiller ou conseillère peut examiner l’ensemble de vos sources de revenu de retraite potentielles et vous proposer la stratégie de décaissement la plus fiscalement avantageuse, ainsi qu’un plan à long terme. Comme mentionné, l’important est de maintenir un montant de revenu imposable le plus stable possible.

Une stratégie de décaissement du REER/FERR peut consister à maximiser les retraits de ces régimes au début de votre retraite, en particulier si vous comptez retarder votre rente du RPC/RRQ et votre pension de la SV. Cela aura aussi l’avantage de réduire le montant global de votre FERR et donc d’abaisser le montant de votre retrait minimal imposable.

Il est souvent contre-productif d’attendre au dernier moment avant de toucher à votre REER/FERR. Cette augmentation soudaine de votre revenu imposable pourrait vous faire passer dans une tranche d’imposition plus élevée, alors qu’en combinant ce revenu avec d’autres sources, vous pouvez maintenir votre revenu total dans une tranche d’imposition inférieure.

Une autre stratégie de décaissement du FERR, si vous n’avez pas besoin de tous les revenus de votre régime dans les premières années, est de placer ces fonds excédentaires dans un CELI afin de mettre à l’abri de l’impôt une plus grande partie de vos retraits, de la croissance et de vos revenus. De plus, si vous avez un époux ou un conjoint de fait, vous pouvez placer vos fonds excédentaires dans son CELI si vous avez utilisé tous vos droits de cotisation.

N’oubliez pas qu’à partir du moment où vous commencez à toucher votre pension de la SV, vous devez aussi veiller à maintenir votre revenu imposable total au-dessous du seuil de la SV, sans quoi votre pension commencera à être récupérée.

Une autre option importante à considérer est le fractionnement de votre rente avec votre conjoint. Vous pouvez fractionner jusqu’à 50 % de votre revenu de pension avec votre conjoint, ce qui peut être intéressant s’il est imposé à un taux moins élevé. Ainsi, non seulement vous paierez moins d’impôt, mais vous risquez moins de voir la SV être récupérée.

Exemple de stratégie de décaissement à la retraite*

  • Brigitte a besoin d’un revenu de 55 000 $ par année à la retraite.
  • Durant les premières années de sa retraite, elle retire un revenu de son FERR, qui est pleinement imposable.
  • Elle tire également un certain revenu de son épargne non enregistrée (sur lequel elle paie de l’impôt sur seulement la moitié des gains en capital et aucun impôt sur le capital qu’elle a épargné).
  • Son revenu imposable étant de 45 000 $, elle le complète en puisant dans son CELI.
  • Une fois son épargne non enregistrée épuisée, elle peut retirer sa rente du RPC/RRQ et sa pension de la SV pour combler la différence, toujours en restant dans la même tranche d’imposition. 

* À des fins d’illustration uniquement.

Assurez-vous que votre revenu de retraite est fiscalement avantageux

Votre conseiller ou conseillère IG peut tenir compte de l’ensemble de vos sources de revenu de retraite et déterminer où exactement vous devriez puiser en premier pour maintenir un revenu de retraite constant et payer le moins d’impôt possible. Il ou elle peut aussi vous conseiller sur le meilleur moment pour commencer à toucher votre rente du RPC/RRQ et votre pension de la SV.

Communiquez avec votre conseiller ou conseillère IG dès aujourd’hui pour discuter de la stratégie de décaissement à la retraite la plus fiscalement avantageuse pour vous. Si vous n’avez pas de conseiller ou conseillère IG, vous pouvez en trouver un ou une ici

 

 

Sources :

1 FP Canada : Get the most from the Canada and Quebec Pension Plans by delaying benefits.

Society of Actuaries/Institut canadien des actuaires : Décision relative au début des prestations du RPC.

 

Ce document, rédigé et publié par IG Gestion de patrimoine, contient des renseignements de nature générale seulement. Son but n’est pas d’inciter le lecteur à acheter ou à vendre des produits de placement précis ni de fournir des conseils juridiques, fiscaux ou de placement. Les lecteurs auraient avantage à obtenir des conseils adaptés à leur situation personnelle auprès d’un conseiller IG Gestion de patrimoine.