Qu’est-ce qu’un fonds à faible volatilité?

Et est-ce que ce produit vous convient?

test

Ces dernières années, les investisseurs ont intégré des placements à faible volatilité dans leurs portefeuilles. Il s’agit habituellement d’actions et de fonds conçus pour fluctuer moins que l’ensemble du marché boursier.

Ces placements se composent souvent d’actions de certains secteurs (comme les soins de santé, les épiceries et les services publics) qui présentent une volatilité moindre que celle du marché général. Leurs hausses et baisses sont beaucoup moins prononcées que celles d’autres entreprises, comme les sociétés technologiques ou minières.

L’idée des placements à faible volatilité circule depuis des années, mais elle a pris de l’ampleur pendant la crise financière de 2008-2009. Certains investisseurs craignant un repli des marchés boursiers ou l’impact de la géopolitique sur leurs portefeuilles, et d’autres souhaitant simplement miser sur la prudence, la croissance considérable des fonds à faible volatilité pourrait se poursuivre.

Nous examinons les divers types de fonds à faible volatilité et nous cherchons à savoir s’ils méritent d’être pris en compte.

Qu’est-ce qu’un fonds à faible volatilité?

Les fonds à faible volatilité offrent une exposition à un marché désigné de manière à subir moins de volatilité que l’ensemble du marché : leur principal objectif est de réduire la volatilité. En pratique, on s’attend à ce que ces fonds accusent un léger retard par rapport au marché en période de hausse et à ce qu’ils offrent une meilleure protection en cas de déclin des marchés.

En contrepartie d’un rendement un peu moins élevé lorsque les marchés sont en hausse, ces fonds ont tendance à enregistrer des fluctuations de valeur moins nombreuses et moins imprévisibles. À long terme, cela peut se traduire par de meilleurs rendements ajustés selon le risque (des rendements plus élevés pour le risque pris), ce qui rend ces fonds attrayants pour les investisseurs qui n’aiment pas le risque.

Pourquoi envisager un fonds à faible volatilité?

Bien que la protection contre les baisses soit la raison la plus évidente d’envisager des produits à faible volatilité, il y a d’autres avantages à considérer :

On évite les montagnes russes

Après des périodes de fortes turbulences financières (comme lors du confinement dû à la COVID-19 en 2020 et les craintes d’une récession mondiale au début de 2016), de nombreux investisseurs qui préfèrent éviter les fluctuations extrêmes du marché ont commencé à utiliser des fonds à faible volatilité.

On tâte le terrain

Pour les investisseurs peu enclins au risque, les fonds à faible volatilité peuvent offrir un point d’entrée moins stressant dans l’investissement en actions.

On conserve ses placements

Investir dans des fonds à faible volatilité peut donner aux investisseurs une plus grande confiance pour rester fidèles à leurs intentions en matière d’achat et de conservation. Cela peut les empêcher de réagir lors des ralentissements et de quitter le marché au pire moment.

On est mieux protégé en cas de remontée tardive des marchés

Parfois, le marché des actions peut prendre un temps considérable pour se remettre d’un épisode de ventes massives. Certains investisseurs, comme ceux qui approchent de la retraite ou qui y sont déjà, ne peuvent pas se permettre d’attendre la fin d’une baisse prolongée. Un fonds à faible volatilité peut contribuer à limiter le risque pour ces investisseurs sensibles au facteur temps, tout en offrant le potentiel de hausse des actions.

Revenu

Les secteurs sur lesquels se concentrent de nombreux fonds à faible volatilité produisent souvent des rendements en dividendes supérieurs à la moyenne. Les investisseurs à la recherche d’autres sources de revenu, surtout lorsque les taux obligataires sont exceptionnellement bas, pourraient être attirés par certains placements à faible volatilité. Ces fonds peuvent aussi procurer le revenu dont certains investisseurs ont besoin pour éviter d’avoir à vendre des actifs.

Des rendements ajustés selon le risque plus élevés

Des recherches publiées démontrent que les actions à faible volatilité ont tendance à surpasser les actions les plus risquées à long terme, et que les portefeuilles bâtis selon des stratégies à faible volatilité peuvent régulièrement produire des rendements ajustés selon le risque plus élevés1.

Les fonds à faible volatilité ne sont pas tous égaux.

Les fonds à faible volatilité peuvent s’appuyer sur un large éventail de stratégies, qu’il s’agisse de fonds d’actions à grande capitalisation standards, de stratégies non traditionnelles ou de stratégies intermédiaires. Dans chacune des approches décrites ci-dessous, diverses stratégies peuvent être utilisées :

Portefeuilles d’actions à faible volatilité

L’une des techniques les plus simples consiste à bâtir un portefeuille d’actions dont la volatilité est généralement inférieure à la moyenne. Certains FNB à faible volatilité américains, par exemple, détiennent simplement les 100 titres de l’indice S&P 500 qui ont affiché la plus faible volatilité journalière au cours de la dernière année. Certains FNB à faible volatilité canadiens sont fondés sur l’indice composé à faible volatilité S&P/TSX, qui comprend les 50 titres les moins volatils de l’indice S&P/TSX.

Traditionnellement, ces portefeuilles d’actions à faible volatilité ont tendance à offrir des rendements similaires à ceux du marché avec un risque moindre. Mais au cours d’une journée donnée, et particulièrement lors des fortes baisses, les investisseurs ne devraient pas constater de résultats très différents de ceux du marché.

Actions faiblement corrélées

Une autre approche courante repose sur la corrélation des actions individuelles (ont-elles tendance à évoluer à la hausse ou à la baisse de façon synchronisée?).

Les actions non corrélées (qui évoluent différemment les unes des autres) peuvent créer un équilibre. Cette approche pourrait réduire plus efficacement la volatilité globale du portefeuille que des actions qui seraient moins volatiles, mais plus fortement corrélées (qui évolueraient toutes dans la même direction). Chaque titre est ensuite sélectionné à l’aide d’un processus qui mesure son impact sur la volatilité globale du portefeuille.

Des approches plus sophistiquées

Certaines stratégies à faible volatilité utilisent des modèles de risque exclusifs qui tentent d’intégrer d’autres sources d’exposition au risque (comme les valorisations excessivement élevées). L’objectif est de rendre ces portefeuilles plus adaptables à l’évolution des marchés et de réduire ainsi le risque plus efficacement. Ils peuvent intégrer des facteurs comme la valorisation, la qualité (par exemple, la stabilité des bénéfices) et le momentum, afin de minimiser le risque lié aux sociétés à faible volatilité qui sont devenues dangereusement surévaluées.

Certains fonds ont également recours à des stratégies de produits dérivés ou à d’autres outils de couverture complexes pour limiter davantage la volatilité. Il pourrait s’agir de vendre des options d’achat pour améliorer le revenu du fonds et d’acheter des options de vente à long terme sur l’indice afin de réduire le risque de baisse. D’autres fonds ont pour objectif d’atténuer la fréquence et l’ampleur des pertes et de se redresser rapidement.

Risques et défis potentiels liés aux fonds à faible volatilité

Comme les stratégies à faible volatilité gagnent en popularité auprès des investisseurs peu enclins au risque, il est important de mentionner que la faible volatilité ne signifie pas une absence de risque. Ces stratégies évitent certes les montagnes russes, mais elles peuvent exposer les investisseurs à d’autres risques.

Fiabilité des données sur les risques passés

Il n’y a aucune garantie que les actions les moins volatiles dans le passé le resteront. Les sociétés évoluent, de sorte que le fait de se fier aux données antérieures sur le risque, comme la volatilité historique, peut entraîner des résultats inattendus.

Opacité des modèles

Plus le modèle de risque est perfectionné, plus le gestionnaire de fonds est susceptible de le considérer comme de la propriété intellectuelle et d’en dissimuler les détails. Comme pour tout placement, il est toujours recommandé de comprendre la stratégie utilisée. Ainsi vous avez une meilleure idée des risques et de leur pertinence pour votre portefeuille.

Sous-performance quand les marchés sont en hausse

Les fonds à faible volatilité sont conçus pour atténuer les fluctuations, tant à la hausse qu’à la baisse, comparativement aux fonds traditionnels. Par conséquent, en période de hausse prolongée des marchés, les stratégies à faible volatilité pourraient passer à côté de gains importants.

Concentration

Certains fonds qui se concentrent uniquement sur la volatilité historique peuvent présenter une dangereuse surconcentration dans des secteurs défensifs, tels que la consommation de base, la santé ou les services aux collectivités, ou une surexposition à des facteurs de risque tels que la sensibilité aux taux d’intérêt.

Pour remédier à cela, certains fonds à faible volatilité excluent les entreprises les plus sensibles aux taux d’intérêt, puis, parmi les entreprises restantes, ils sélectionnent celles dont la volatilité historique est la plus faible.

Rotation

En fonction de la fréquence du rééquilibrage et de la sensibilité des modèles d’optimisation, certains fonds à faible volatilité pourraient connaître des taux de rotation élevés. Les frais de négociation et l’impôt pourraient poser problème pour les fonds détenus dans des comptes ne bénéficiant d’aucun abri fiscal.

Valorisation

Comme pour toute stratégie d’investissement spécialisée, un regain de popularité pourrait détériorer ses perspectives d’avenir. Une trop forte concentration de capitaux dans un créneau de marché aussi étroit fera grimper les valorisations et réduire les rendements attendus. L’incorporation de la valorisation dans leurs modèles de risque peut aider certaines stratégies à faible volatilité à atténuer ce risque.

Sorties de capitaux

Lorsque les valorisations deviennent excessives, les fonds à faible volatilité peuvent connaître des sorties de capitaux importantes si les conditions de marché à l’origine de leur popularité deviennent plus incertaines. Comme pour toute stratégie axée sur un créneau étroit du marché, les sorties de capitaux massives auront un impact négatif sur les prix, et les investisseurs pourraient subir des pertes en cas de délestage.

Un fonds à faible volatilité est-il approprié pour vous?

Les fonds à faible volatilité offrent plusieurs avantages potentiels : des fluctuations moins prononcées, un moyen d’entrer prudemment sur les marchés et de conserver les placements, la possibilité d’obtenir des revenus et de meilleurs rendements ajustés selon le risque.

Toutefois, même si les risques sont jugés acceptables, une stratégie à faible volatilité peut ne pas convenir à tout le monde. Ces fonds sont conçus pour être détenus pendant plusieurs années. Si votre période d’investissement est à long terme, vous devez décider s’il convient de sacrifier potentiellement le rendement à long terme pour échapper aux fluctuations journalières ou hebdomadaires.

Mis à part les placements à faible volatilité, il existe plusieurs façons de réduire la volatilité, par exemple en diversifiant ses avoirs à l’aide d’actifs non corrélés et en investissant dans des produits de répartition de l’actif, conçus pour éviter les montagnes russes.

Un conseiller peut vous aider à la prise de décision

Toute personne disposant d’un horizon de placement à long terme et d’un portefeuille bien équilibré ne devrait pas avoir à s’inquiéter de la volatilité. Toutefois, si les montagnes russes du marché boursier vous empêchent de dormir, une stratégie à faible volatilité pourrait vous procurer la tranquillité d’esprit et la confiance nécessaires pour conserver vos placements à long terme.

Parlez à un conseiller IG pour discuter du portefeuille qui reflète le mieux vos préoccupations. Si vous n’avez pas de conseiller IG, vous pouvez en trouver un ici.

Source :

1 Morningstar : Do low-volatility ETFs deliver? (en anglais seulement)

 

Ce document, rédigé et publié par IG Gestion de patrimoine, contient des renseignements de nature générale seulement considérés comme exacts à la date de publication. Son but n’est pas d’inciter le lecteur à acheter ou à vendre des produits de placement précis ni de fournir des conseils juridiques, fiscaux ou de placement.