Pour qui marchez-vous?

En mai, unissez vos efforts à ceux de votre communauté pour la Marche pour l'Alzheimer IG Gestion de patrimoine 2021

test

La Marche pour l’Alzheimer IG Gestion de patrimoine est de retour. Cette année, nous marchons pour les gens qui ont besoin de notre soutien plus que jamais. Nous marchons pour les mères qui nous ont emmenés à l’école, les pères qui nous ont conduites à l’autel, et les grands-parents qui sont venus jouer au parc avec nous la fin de semaine. Nous marchons pour les amis et les membres de la famille qui subissent les répercussions de la maladie d’Alzheimer ou de tout autre trouble neurocognitif. Vous aussi pouvez participer et marcher pour vos êtres chers, en quelques étapes :

1.  S’INSCRIRE

Inscrivez-vous en ligne aujourd’hui au www.marchepourlalzheimer.ca. Vous pourrez y trouver les renseignements sur la marche prévue dans votre localité.

2. MARCHER ET AMASSER DES FONDS

Amassez des fonds et marchez dans votre collectivité au cours du mois de mai. Sur les médias sociaux, dites-nous en l’honneur de qui vous marchez; ajoutez le mot-clic #MarchepourlAlzheimerIG;

3. CÉLÉBRER

Le 30 mai, participez à notre célébration virtuelle sur la page Facebook de la Société Alzheimer du Canada

Que vous marchiez avec votre famille, des amis, des voisins ou votre animal de compagnie, l’important, c’est de marcher ensemble de façon responsable pour montrer notre soutien, et d’amasser des fonds au profit de la Société Alzheimer. 

La dernière année a été particulièrement difficile, non seulement pour les gens aux prises avec la maladie d’Alzheimer ou un autre trouble neurocognitif, mais aussi pour leurs proches aidants qui en prennent soin sans relâche. Coreen Strom, une employée d’IG Gestion de patrimoine nous a transmis son histoire touchante au sujet de la personne pour qui elle marche; elle nous parle de l’importance d’aider les personnes touchées indirectement par la maladie.

Mon beau-père, Carl Strom, a reçu un diagnostic de maladie d’Alzheimer.

Bien que la maladie ait progressé plutôt lentement, nous, les membres de sa famille, avons remarqué qu’il n’était plus tout à fait lui-même. Les quatre dernières années de sa vie ont été difficiles à voir pour nous. Même s’il était bien entouré de sa famille, c’est son épouse, Lorraine, qui en a surtout porté le fardeau. Comme il ne dormait pas de la nuit et était diabétique, elle le veillait et vérifiait constamment son taux de sucre. Elle s’est vite épuisée, et sa santé en a pris un coup. Nous avons eu très peur de la perdre avant Carl.

Dans la dernière année de sa vie, Carl a commencé à se perdre. La nuit, il sortait sur son balcon. On a dû rapidement verrouiller les portes pour l’en empêcher. Mais un matin d’hiver, pendant que Lorraine essayait de rattraper une heure de sommeil, il est sorti de la maison, légèrement vêtu. Des skieurs matinaux l’ont vu, errant le long de l’autoroute. Comme Carl n’avait pas pu leur dire comment il s’appelait ni où il habitait, ils l’ont emmené à l’hôpital. Lorraine a reçu un appel peu de temps après pour qu’elle aille le chercher. C’est cet événement qui l’a décidée à le placer, même si cela lui brisait le cœur. Elle n’était plus capable de s’en occuper, mais en même temps, elle avait l’impression de manquer à la promesse qu’elle lui avait faite d’être à ses côtés « pour le meilleur et pour le pire, dans la santé comme dans la maladie ». Je ne pense pas qu’elle ait jamais vraiment compris l’effet que cela a eu sur sa santé.

Je dirais que ce sont surtout les proches aidants qui subissent les conséquences de la maladie d’Alzheimer. Carl nous a malheureusement quittés en février dernier, deux semaines seulement après avoir été placé. Mais le bon côté, c’est que nous avons retrouvé notre mère. Elle a recouvré la santé, et elle a pu reprendre les nombreuses activités auxquelles elle avait dû renoncer pendant quatre ans, alors qu’elle consacrait toute son énergie, tout son temps et toute son attention à Carl.

Finalement, mon histoire porte sur les répercussions de la maladie sur les proches aidants. On a grandement besoin de ressources supplémentaires, et les proches aidants ne devraient pas se sentir coupables de demander de l’aide. Ce sont des anges!

Coreen Strom, adjointe de direction du bureau de Nelson (C.-B.), IG Gestion de patrimoine

Il est plus important que jamais de soutenir les familles et les proches aidants des personnes souffrant de la maladie d’Alzheimer ou d’un trouble neurocognitif. Par notre partenariat avec la Société Alzheimer et notre parrainage de la Marche pour l’Alzheimer IG Gestion de patrimoine, nous pouvons amasser des fonds pour offrir des programmes qui aident les soignants à veiller sur leurs êtres chers. Pour en savoir davantage sur notre partenariat et nos projets communautaires, visitez le www.maitredevotreavenir.ca.

Dites-nous en l’honneur de qui vous marchez et racontez votre histoire. Accompagnez votre message du mot-clic #MarchepourlAlzheimerIG.