Deux cents jours de guerre

Le 12 septembre a marqué le 200e jour de guerre et d’instabilité dans l’État souverain de l’Ukraine. Les troupes de Vladimir Poutine ont envahi ce pays démocratique de 44 millions d’habitants le 24 février 2022. Dans les semaines et les mois qui ont suivi, le conflit a fait de nombreuses victimes parmi les civils et les militaires. Le président de l’Ukraine, Volodymyr Zelensky, a décrété une mobilisation générale « afin de défendre le pays ».

test

Plus de 5,3 millions de réfugiés ont fui l’Ukraine vers la Pologne voisine, et un million d’autres, vers le Royaume-Uni et d’autres parties de l’Europe. Lorsque le conflit a éclaté, le monde restait dans l’expectative, se demandant quel effet cette guerre aurait sur l’approvisionnement alimentaire mondial et sur les exportations d’énergie en provenance d’Europe de l’Est. La Russie, qui est un important producteur de pétrole, exportait 85 % de sa production vers l’Europe et la Chine au moment de l’invasion.

Les prix de référence du pétrole brut sur les marchés mondiaux ont explosé après l’invasion pour atteindre 100 $ US le baril, et ils ont enregistré de fortes fluctuations dans les semaines qui ont suivi. Cela a provoqué d’importantes pénuries d’approvisionnement et ruptures de stocks, qui en ont convaincu plus d’un que les prix des produits de base allaient continuer de stimuler l’inflation. 

Crise de l’inflation ou désinflation?

Quand on analyse les données entre janvier 2021 et aujourd’hui, on constate que la thèse selon laquelle les produits de base étaient un élément catalyseur de l’inflation et allaient perturber les marchés financiers semble avoir été surestimée. En fait, au cours des sept derniers mois, les prix des produits de base ont baissé par rapport à leurs niveaux d’avant la guerre. De plus, l’augmentation des prix des aliments et de l’énergie était déjà très forte après le rebond de l’activité économique causé par l’augmentation de la masse monétaire mondiale et la réouverture rapide de l’économie en 2021.

On peut raisonnablement s’attendre à des perturbations à court terme des prix des produits de base lorsqu’un conflit éclate entre des économies fortement axées sur l’exportation. Les sanctions économiques et politiques contre la Russie n’ont pas aidé non plus les prix de l’énergie. Les pays producteurs de pétrole ont augmenté leur production au maximum et, en mars, le président américain Joe Biden a commencé à libérer de la réserve de pétrole stratégique du pays un million de barils de pétrole brut par jour sur une période de six mois. Ce recours massif inédit aux réserves stratégiques a procuré à l’économie américaine un approvisionnement record en pétrole brut, et ce sera le cas jusqu’à la fin octobre 2022.

Pendant ce temps, les économies européennes s’ajustent aux changements au sein des marchés de l’énergie et, comme en Amérique du Nord, les consommateurs ont été confrontés à des hausses des prix du carburant et des aliments tout au long de l’été. Cependant, depuis le mois d’août, on a vu les prix des principales denrées (blé, soja, pétrole brut, maïs et potasse) redescendre à leurs niveaux d’avant la guerre.

Le graphique ci-dessous illustre la montée des prix de plusieurs produits de base jusqu’en juillet, ainsi que leur baisse marquée en août.

Partout dans le monde, la « crise de l’inflation » a fait les manchettes, de nombreux analystes prédisant des pénuries importantes d’aliments et de carburant. Ces manchettes alarmistes ont semé la panique chez les investisseurs et provoqué une frénésie spéculative sur le marché des contrats à terme où les contrats de marchandises et les prix se sont envolés. En réalité, ces craintes étaient exagérées; les niveaux de stocks se sont stabilisés, comme ils le font habituellement, ce qui a atténué la volatilité dans les produits de base sous-jacents vers la fin de l’été.

En septembre, les prix mondiaux des aliments ont diminué pour un cinquième mois de suite, sous l’effet d’une baisse de la demande pour certains produits et de la hausse saisonnière de l’offre. Les récoltes de blé dans l’hémisphère nord ont aidé à résorber les contraintes liées à l’offre, et des volumes plus importants de céréales ont recommencé à être acheminés depuis les ports ukrainiens. Voilà qui pourrait offrir un certain répit aux consommateurs aux prises avec une hausse du coût de la vie. Ces baisses ne se sont pas pour autant répercutées sur les prix à la consommation, qui restent plus élevés qu’il y a un an. Dans nos commentaires précédents du 12 août, nous avions mentionné la persistance de l’inflation, qui a maintenu les prix des biens et des services à des niveaux plus élevés que la normale en raison de la réticence des entreprises à réduire leurs prix, malgré la contraction des prix des matières premières sous-jacentes.

Qu’est-ce que cela signifie?

Durant les crises mondiales, à certains moments, les investisseurs et les spéculateurs se laissent submerger par les événements géopolitiques. Toutefois, il est possible que l’invasion de l’Ukraine par la Russie n’ait pas d’effet significatif ou durable sur les marchés financiers, outre les épisodes de volatilité habituels.

Les indices, comme le S&P 500, l’indice composé S&P/TSX et l’indice MSCI Monde, avaient été volatils de la fin du mois de janvier (un peu avant le début de la guerre), pour atteindre un creux le 16 juin. Du point de vue du marché, la guerre a eu moins d’impact que ce qu’avaient anticipé les investisseurs (comme une possible crise alimentaire), et on commence à observer des signes d’apaisement de l’inflation.

Il est impossible de prévoir le comportement de milliards de personnes et de centaines de gouvernements, et cette incertitude a contribué à la volatilité à court terme. Avec le temps, les marchés vont retrouver leur niveau tendanciel et les investisseurs devraient renouer avec une croissance positive des catégories d’actif.

En accord avec notre vision à long terme, les risques géopolitiques ont rarement des effets durables sur les marchés. En attendant, nous sommes impatients de voir ce conflit prendre fin afin que les Ukrainiens puissent retourner chez eux et amorcer le processus de guérison et de reconstruction.