Comment la pleine conscience peut stimuler une partie du cerveau bénéfique pour la santé mentale

Comme un épais bandana de velours, le cortex somesthésique cercle le cerveau d’une oreille à l’autre.

test

Source : Shutterstock
 

M’étant prise de passion pour le cerveau lors de mon premier cycle universitaire, je me suis lancée dans une carrière en neuroscience et malgré cela, je me suis désintéressée de cette structure pendant des années, car elle me semblait n’avoir d’autre fonction que de traiter les sensations corporelles. Elle ne pouvait, dès lors, exercer la même fascination chez moi que les zones intervenant dans les émotions ou les fonctions cognitives supérieures.

Toutefois, ces deux dernières années, lors de ma formation sur les interventions par la pleine conscience et la danse-thérapie, j’ai commencé à comprendre que le bon fonctionnement et le développement du cortex somesthésique peuvent nous aider à mieux vivre le monde et notre propre personne, plus intimement et plus complètement. La bonne santé de cette partie du cerveau peut enrichir l’expérience émotionnelle et améliorer la santé mentale.

Pendant des dizaines d’années, on avait supposé que le cortex somesthésique ne servait qu’au traitement de l’information sensorielle provenant des diverses parties du corps. Toutefois, il est devenu clair depuis peu que sa structure intervient également à divers stades du traitement des émotions, notamment leur perception, leur production et leur régulation.

Qui plus est, des changements structurels et fonctionnels du cortex somesthésique ont été observés chez des personnes à qui on avait diagnostiqué un trouble dépressif, anxieux ou psychotique. Ces études semblent indiquer que le cortex somesthésique peut être une cible thérapeutique valable pour certains troubles de la santé mentale, mais aussi pour des mesures préventives. Certains chercheurs ont même suggéré la neuromodulation du cortex somesthésique par stimulation magnétique transcrânienne ou stimulation cérébrale profonde.

Cependant, avant d’avoir recours à une technologie invasive, il serait souhaitable d’essayer des interventions fondées sur la pleine conscience, la danse-thérapie ou autre approche de psychothérapie axée sur le corps. Ces méthodes mobilisent la totalité du corps pour stimuler la mentalisation des perceptions sensorielles, de la respiration et du mouvement. Ces facteurs favorisent la pleine conscience, laquelle contribue à améliorer la santé mentale par l’éventuelle réorganisation du cortex somesthésique.

Utilité fonctionnelle du cortex somesthésique

L’une des qualités remarquables du cortex somesthésique est sa plasticité prononcée, c’est-à-dire son aptitude à se réorganiser et à s’agrandir par l’exercice (ou à s’atrophier par manque d’exercice). Cette plasticité est fondamentale dans le contexte des interventions par pleine conscience et par danse-thérapie, comme je le mentionnais plutôt; en travaillant directement sur les sensations corporelles et le mouvement, on peut arriver à modifier le cortex somesthésique.

Un autre aspect important est le grand nombre de connexions avec les autres zones cérébrales. En d’autres mots, le cortex somesthésique a le pouvoir d’affecter d’autres régions du cerveau, qui peuvent à leur tour en faire de même faire avec encore d’autres régions, et ainsi de suite. Le cerveau est truffé d’interconnexions et aucune de ses parties ne fonctionne isolément des autres.

Le cortex somesthésique reçoit de l’information du corps tout entier, la moitié gauche du cortex traitant l’information de la moitié droite du corps et vice versa. Toutefois, la proportion du cortex qui se consacre à une partie précise du corps dépend de l’importance fonctionnelle de celle-ci plutôt que de ses dimensions physiques.

Par exemple, une forte proportion du cortex somesthésique est affectée aux mains; c’est pourquoi les mouvements et sensations des mains peuvent constituer une option intéressante pour une danse-thérapie destinée aux personnes à mobilité réduite.

Le cortex somesthésique exerce un rôle de médiation dans l’extéroception (toucher, pression, température, douleur, etc.), la proprioception (information sur la posture et le mouvement) et l’intéroception (sensations internes du corps, souvent liées à des états physiologiques tels que la faim ou la soif), même si son rôle dans la conscience intéroceptive n’est que partiel.

Le cortex somesthésique et les émotions

Un parfum, une chanson ou une image peut faire remonter soudainement à la surface un événement profondément enfoui, oublié de longue date. Il en va de même de la sensation d’une texture – comme celle du cachemire, contre la peau, d’un certain mouvement du corps (plier le corps à la renverse, se balancer de droite à gauche), et cela ne s’arrête pas là. Des souvenirs refoulés peuvent remonter à la surface, provoquer des réactions émotionnelles et un changement d’état. C’est l’un des superpouvoirs des interventions fondées sur la pleine conscience et la danse-thérapie.

Le cortex somesthésique sert de médiateur dans cette réaction, tout comme le cortex auditif pour les réactions émotionnelles et cognitives à des pièces musicales et le cortex olfactif pour les réactions aux odeurs. Il n’empêche que si la circulation de l’information s’arrêtait au niveau purement sensoriel (toucher, audition, vision, goût, odorat), une part importante des conséquences émotionnelles et cognitives serait perdue.

Les praticiens de la danse-thérapie et aux thérapies corporelles connaissent ce lien entre la posture et le mouvement, d’une part, et l’émotion et la cognition, d’autre part, et ce, depuis l’émergence de leurs spécialités. Les neuroscientifiques ont maintenant cartographié – quoiqu’approximativement – les réseaux neuronaux qui interviennent. Par exemple, les recherches ont exposé un lien entre le développement de la sensibilité sensorielle et la régulation des émotions.

Certains éléments d’analyse proviennent d’études sur la méditation et sur les interventions basées sur la pleine conscience, lesquelles font souvent appel au balayage du corps par l’esprit (fixer son attention sur des parties du corps et les sensations corporelles dans un ordre donné, par exemple des pieds à la tête) et à la redécouverte des sensations corporelles comme point d’ancrage pour la méditation.

Dans l’ensemble, les études montrent que les personnes qui s’entraînent au balayage corporel ou à la perception renforcée de la respiration (sentir l’air traversé les narines, la gorge, etc.) sont moins réactives et plus résilientes. C’est le cortex somesthésique qui sert de médiateur, au moins en partie, dans ce phénomène.

Implications cliniques

Au vu du rôle nouvellement révélé du cortex somesthésique dans le traitement émotionnel et cognitif de l’information, il n’est pas surprenant qu’une altération de la structure et de la fonctionnalité de cette région du cerveau ait été observée chez plusieurs patients atteints de troubles graves de la santé mentale, dont la dépression, le trouble bipolaire et la schizophrénie.

Par exemple, l’amincissement de la paroi corticale et la réduction du volume de matière grise du cortex somesthésique ont été observés chez les sujets atteints d’un trouble dépressif majeur (surtout à début précoce) et du trouble bipolaire. Dans le cas de la schizophrénie, on a observé une activité réduite du cortex somesthésique, surtout chez les patients non médicamentés.

La stimulation du cortex somesthésique peut nous aider à reprendre contact avec notre corps, développer notre sensibilité, notre sensualité et notre capacité à ressentir le plaisir. C’est ainsi que les mouvements délibérés, la danse consciente et la méditation avec la totalité du corps peuvent aider les gens à réguler leurs émotions et à reprendre contact avec eux même et avec le monde de façon plus intime et significative.

Pour aller plus loin

L’apprentissage des fonctions motrices fait intervenir la zone « émotive » du cerveau

 

Source : The Conversation

Cet article est une reproduction de l’original publié dans The Conversation avec l’autorisation de Creative Commons. Lisez l’article dans The Conversation : How mindfulness and dance can stimulate a part of the brain that can improve mental health, extrait le 16 juib 2022 de https://medicalxpress.com/news/2022-06-mindfulness-brain-mental-health.html

Ce document est protégé par des droits d’auteur. Sauf à des fins légitimes d’études de recherches personnelles, toute reproduction, en tout ou en partie, est interdite sans autorisation écrite. Le contenu est fourni à titre d’information seulement.

Traduction d’un article de Medical Xpress dont la diffusion est autorisée sur le Content Marketplace d’Industry Dive. Pour toute question sur les droits de reproduction, contactez legal@industrydive.com.